25/08/2008

Rencontres au Pays de Charleroi

D'un pont « obsessionnel » à la chaleur d'un barbecue

Périple pour une rencontre autour des bassins de décantation Solvay 

Clin d'oeilIl est près de huit heures en ce matin d'un dimanche que l'on nous annonce météorologiquement  instable lorsque notre amie Annette, à peine descendue de son inséparable vélo sonne chez Paulette. Oups ! Un peu tôt ! Pas de problème puisque ceci nous permet de partager une tasse de thé avant de prendre la route. A quelques encablures, nous attend Anne-Marie. Notre objectif ? Rejoindre Couillet où dès dix heures est prévue une visite guidée des anciens bassins de décantation Solvay. La visite sera suivie d'un barbecue "géant". C'est aussi, pour nous, l'occasion de retrouver notre amie Paulette - hé oui ! SolAm compte deux Paulette - et ses invités/complices de Charleroi.

La route est facile en cette matinée d'août qui offre encore un parfum de vacances. Une circulation fluide et un temps clément nous voient très tôt sur le territoire de Couillet. Nous voilà rassurées. Dans quelques instants, nous serons au rendez-vous... C'est compter sans... Mais reprenons le fil de notre parcours. A Couillet Centre, nous avisons un - rare - passant. Peut-il nous indiquer le trajet ? Solvay ? Pas de problème : vous suivez la route, tout droit jusque dans la descente ; là, vous prenez sur la droite. Attention ! Pas la chaussée de Châtelet, mais juste avant ; vous passez sur le pont. Les anciennes usines Solvay sont là. Bonne chance !Sourire

Quelques instants plus tard, nous abordons le pont en question... Où est l'entrée ? A gauche ? A droite ? Nous continuons jusqu'au rond point et là, décidons de faire demi tour. Sans doute avons-nous raté la dite entrée... Peu de temps après, nous nous interrogeons... Comment gagner le site ? Pas la moindre indication !... Quelques ouvriers travaillent pour l'ICDI... Nous les interrogeons. Les anciens bassins Solvay ? Non... Nous ignorons tout de la visite et du barbecue.

CoolIl en faut plus pour nous décourager ! Nous reprenons la route et abordons la première personne qui se présente. Solvay...Pas de problème ! Vous redescendez, prenez à droite et passez sur le pont... C'est là !

Nous nous retrouvons bien sûr au même endroit. Qu'avons-nous raté ? Nous voilà un peu interrogatives toutefois : les ouvriers s'en sont allés et nous ne voyons pas une seule voiture à l'horizon... Que faire ? Si nous allions voir un peu plus loin ? Peut-être peut-on pénétrer sur le site en descendant vers la Sambre ? Aussitôt dit... Nous découvrons les paysages industriels d'hier, un centre commercial, des dépôts clandestins aussi hélas !... Mais point de bassins de décantation ! Les minutes s'écoulent. Pour dix heures, c'est raté !

Nous allons ainsi nous renseigner auprès de près de quinze personnes. Même réponse : allez vers le pont, c'est là !

Ce fichu pont, nous le connaissons désormais par cœur. A vrai dire, nous ne pouvons plus le voir en peinture, selon une expression populaire qui traduit parfaitement nos états d'âme. Mais nous nous accrochons et décidons de prendre notre aventure avec le sourire. Un jeune homme nous rassure enfin et nous donne la direction des bassins. Ouf ! Nous pourrons prendre la visite en cours ! Face aux fameux bassins indiqués, nous déchantons : ce ne sont pas ceux que nous recherchons. Une dame âgée est sur le seuil de sa maison : bien sûr que je connais... tournez à gauche, puis à droite et passez sur le pont, c'est là...Cool

RigolantUn fou rire nous prend et nous retraversons le fameux pont. Si nous empruntions cette dernière route qui part du rond-point, la seule que nous n'avons pas encore exploitée à fond ? C'est ainsi que nous gagnons la grand-place d'une commune proche. Annette se dirige vers un café fréquenté. Peut-être... Mais non ! Nous avons eu, en l'attendant,  l'occasion d'apercevoir l'indication du bureau de police. On y obtiendra peut-être un indice ? Tout semble fermé... Sauf une fenêtre entr'ouverte... Désolé mesdames, mais les bureaux sont fermés. Nous ne désirons qu'un renseignement ! Le policier n'a jamais entendu parler de l'événement que nous recherchons...En plus, je suis nouveau ici... Qu'à cela ne tienne ! Il consulte des brochures, donne des coups de téléphone et, enfin, euréka ! Notre interlocuteur nous rejoint muni de photocopies d'un plan de la région et nous trace la voie. Les bassins tant recherchés se situent rue de Villers, très près de l'IMTR de Loverval !Sourire

Pour y accéder, nous devons repasser - c'est la dernière fois, promis! - sur le pont qui n'a guère quitté notre itinéraire depuis près de deux heures. Nous remercions le policier dont nous n'oublierons pas la gentillesse et la serviabilité.

Une dizaine de minutes plus tard, nous passons rue de Villers devant un drapeau blanc flambant neuf sur lequel des lettres bleues annoncent Solvay. Nous voici enfin au lieu de rendez-vous ! Las ! Un peu tard pour la découverte des bassins. Mais nous découvrons un panorama inattendu, impressionnant. Dans le bas, nous apercevons de minuscules silhouettes qui se pressent autour d'un vaste plan d'eau et semblent écouter les indications d'un guide. Bientôt, les silhouettes se mettent en marche et rejoignent les hauteurs. Les premières personnes nous sourient. Soudain, Paulette nous aperçoit. Enfin ! Que vous est-il arrivé ? Nous pensions à un accident, à un pneu crevé... Rien de tout cela...C'est une histoire... de pont ! Nous te raconterons. D'autres amis sont là, dont Marc, tout jeune membre de SolAm. L'accueil qui nous est réservé nous va droit au cœur. Nous sommes de plus en plus heureuses d'avoir persévéré. La visite se poursuit dans les bois proches, où nous observons une flore riche dont le guide nous parle avec enthousiasme, émaillant ses commentaires d'anecdotes variées et nous invitant à revenir en juin pour voir la floraison des orchidées sauvages.Sourire

Plus tard, nous gagnons l'espace buffet. Somptueuses tables artistiquement dressées sous une vaste tente dont le fond dévoile le paysage superbe d'un étang protégé traversé par des canards. Qui dit que les paysages carolorégiens sont sombres ? Ici, ils sont superbes, verdoyants, accueillants.

RigolantLes heures qui suivent filent à toute vitesse. A notre table, on bavarde à bâtons rompus, on fait plus ample connaissance, on s'apprécie, on rit, on se sent bien... L'heure de regagner Bruxelles vient trop vite. Nous repartons le cœur rempli de joie. La journée, si elle commença telle une mésaventure pour le moins... inattendue, s'était poursuivie dans la bonne humeur et l'amitié autour d'un buffet/barbecue alléchant. Une parenthèse formidable et douce dans un quotidien qui pour certaines est parfois moins souriant.

Nous, nous serons au rendez-vous l'an prochain ! Et puisque désormais nous connaissons le chemin, nous serons à l'heure pour la découverte des anciens Bassins de décantation devenus réserve naturelle et la suite de cette journée organisée par Solvay et la Ville de Charleroi. Et nous espérons que pour d'autres amies et amis, notre enthousiasme sera contagieux.Bisou

                                                   Anne-Marie, Annette et Paulette

 

06:42 Écrit par Catherine Peyrac dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charleroi solvay |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.