19/10/2008

 

      SourireC'est devenu une sorte de tradition, nous vous offrons l'éditorial de notre dernière Lettre d'Amitié. Il cere, sous divers aspects, unn événement omportant pour nous, puisqu'il ouvre une porte sur les Passions  de SolAm  que l'on pourra découvrir à o'Espace Toots à Evere le tremps d'un week-end de novembre. Vous y êtes les bienvenus, si vous passez par là, si vous souhaitez nous connaître ...                         

Edito

Pleins feux en cet automne sur les  Passions de SolAm ! Nous proposons, en effet, notre deuxième édition de cet événement qui rassemble dans un même esprit les membres de notre association. Un esprit qui, selon l'objectif essentiel de SolAm veut offrir à chacun des moyens de lutter contre la solitude. En ce sens, la créativité, à savoir l'acte de créer, est chose extraordinaire. Cet engagement dans une démarche avant tout personnelle ne traduit-il pas le désir d'expression. Aussi modeste soit-il dans son affirmation, l'acte posé est vivifiant, tonique. D'abord, il sous-tend une ouverture, une curiosité. Une envie se fait jour. Soudaine. Bientôt dévorante pour qui décide de la concrétiser. Prudemment peut-être, on se renseigne. On se tâte. Ai-je un don ? Que va m'apporter cette activité ? Aurai-je le temps de m'y consacrer vraiment ?  Qui peut m'aider dans les premières heures ? Que vont penser mes proches ? D'autres questions peuvent jaillir, jamais totalement innocentes car si elles se traduisent en hésitations, elles traduisent souvent nos peurs. Peur de se tromper. Peur de ne pas être à la hauteur. Peur du qu'en dira-t-on. Peur de la confrontation avec d'autres que l'on estime plus doués. .Peur de s'exposer.

Si l'envie est la plus forte, commence l'apprentissage. Période exaltante et décourageante. Les progrès exigent patience... Il faut, souvent, reprendre, recommencer, ne jamais céder à la lassitude qui dit d'abandonner... A force de s'accrocher, on se rend compte un jour que tout est plus facile, que les progrès sont évidents. Quelle joie quand un proche nous dit : C'est vraiment bien ce que tu fais, je t'admire. Je ne crois pas que j'aurais ton courage...La reconnaissance est là, douce, bienfaisante, stimulante. Elle donne envie de poursuivre l'aventure, d'oser essayer d'aller plus loin. En outre, la démarche de personnelle est devenue plus large. En parlant, en visitant des expositions, des marchés d'artisanat ou de Noël en exposant soi-même, on partage. Bref, on va à la rencontre des autres. Et là, on se rend compte qu'en acceptant de concrétiser une idée, une envie devenue passion, en la faisant vivre en soi et autour de soi, on a aussi quelque peu - beaucoup - vaincu  sa solitude. Et gagné en confiance en soi.  En ayant osé et en affichant une joie nouvelle, on a aussi la possibilité de s'adresser aux autres, de leur dire que chacun a du talent, un talent. Point n'est besoin de devenir un artiste de premier plan, universellement reconnu. Notre propos n'est pas là. Seul ici importe d'être un véritable amateur, à savoir quelqu'un qui aime et traduit concrètement cette passion. Et nous le savons, toute passion profonde en ce domaine est contagieuse !

En guise de conclusion, nous vous offrons cette belle pensée due à Henri Gougaud. L'acte créatif est hors du temps. Que l'on ait vingt ans ou soixante, l'instant où l'on crée, où l'on trouve, a la même saveur de premier jour du monde. 

Nous vous espérons donc au rendez-vous des Passions de SolAm, les 8 et 9 novembre, à Evere ! Nous vous attendons.  Pour saluer cette créativité qui fait elle aussi reculer la solitude et qui, en ouvrant à soi-même, ouvre aux autres.Sourire

Anne-Marie, Chantal, Elisabeth, Gisèle, Paulette. 

03:59 Écrit par Catherine Peyrac dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.