29/07/2009

Nouvelle "Lettre d'Amitié"

Nous avons quelque peu délaissé notre blog en ces semaines... Promis, nous allons nous connecter plus régilièrement... Mais SolAm a connu des semaines particulièrement actives. Beaucoup de découvertes, de rencontres, d'accueils. Formidable! Nous vous offrons aujourd'hui, comme nous en avons pris l'habitude, l'éditorial de la Lettre d"Amitié. Bonne lecture! Et belles journées d'été à toutes et à tous!

SourireL'espace de quelques semaines, trois mots ont résonné avec force dans nos oreilles, Yes, we can ! Un candidat clamait haut une véritable profession de foi : nous pouvons. Nous pouvons nous engager, changer, oser... Oser en faisant fi de nos peurs. En faisant fi de ce que pensent ceux qui nous mettent en garde et nous incitent à la prudence... Est-ce bien ton rôle ? Et si tu rates ? Comment supporteras-tu le regard des autres ? Ton propre regard ? A ta place... Oui, à ma place, à notre place...  Mais qui est à notre place, si ce n'est nous, Qui, mieux que nous peut décider de ce qui  est bon pour nous, plus précisément de ce que l'on ressent comme étant bien et bon pour nous ? Alors, pourquoi nous laissons-nous tellement souvent influencer ?  Pourquoi renonçons-nous à aller à la rencontre de notre rêve ? Cette réflexion s'est imposée en suivant le parcours de Susan Boyle, cette Ecossaise quadragénaire qui a osé foncer. Forte de sa seule voix, splendide, elle a osé affronter un jury et un public d'abord sceptique et moqueur. Elle a, en quelques instants, fait oublier un physique que beaucoup ont qualifié d'ingrat et qui est seulement celui d'une femme qui sans doute n'a pas eu une vie facile et a dû travailler pour subvenir à son quotidien. Une femme qui a subi des revers et n'a été ni épouse ni mère, comme elle l'a dit avec une simplicité désarmante. Dès les premières notes, on a pu assister  au revirement de ceux qui déjà l'avaient jugée : perplexité, étonnement, joie. Une artiste est née et nous lui souhaitons le meilleur sur cette route nouvelle qui s'ouvre à elle.Sourire

Aujourd'hui, nous applaudissons et nous admirons. Mais seul/e, face à nous, avons-nous le courage de décider d'aller au bout de notre rêve le plus fort, le plus vrai ? De celui qui nous paraît le plus fou mais qui, nous le savons, nous transformerait et nous épanouirait ? Peu importe que ce rêve soit modeste. L'essentiel est qu'il nous habite. Qu'il nous habite tellement qu'un jour nous ne puissions plus y renoncer et que, dès lors, nous mettions tout en œuvre pour le réaliser. Pour devenir, ce héro, cette héroïne ordinaire peut-être mais triomphant/e qui a voulu et pu sortir de l'ombre.

Comment, à l'heure où SolAm va bientôt fêter sa cinquième année d'existence, ne pas penser ici au chemin parcouru ? Reconnaissons-le, nous aussi nous avons eu peur avant de nous lancer. Nous aussi nous avons entendu des ami/e/s nous demander si nous avions bien réfléchi à ce que nous voulions entreprendre. Il y a eu des observations qui sans doute aucun auraient pu rencontrer nos propres peurs... Mais nous avons persisté. Parce que nous sentions que cette aventure, nous voulions la vivre. Que notre conviction était profonde et que dès lors rien ne pouvait nous faire dévier de notre route. Il y a eu aussi des encouragements, enthousiastes et concrets.  Comment oublier le sourire heureux et confiant des premières amies qui nous ont rejointes ? Comment oublier la découverte de notre première Lettre d'Amitié que nous offrait notre ami Pierre ? Pour nous trop tôt  disparu, il reste en nos cœurs et nous n'oublierons jamais ce regard confiant et fort qui nous disait Allez-y...

Notre force, nous l'avons aussi puisée dans le fait que nous étions ensemble. Ce mot ne nous a jamais quittées et ce n'est pas impunément que nous l'avons toujours, dès les premières heures, mis en évidence. Ensemble ! Contre la solitude, par la solidarité et l'amitié. Ensemble, car seul/e/s, nous ne pouvons rien. Ensemble, nous avons une force sans cesse renouvelée. Ensemble, nous pouvons créer, écouter, entendre, tendre la main, accueillir... Et si l'une est quelque peu défaillante, une autre est là qui prend le relais. Ensemble tout est partagé et donc plus facile.  Bien sûr, il nous appartient de faire le premier pas, d'oser le premier appel, la première rencontre. Mais quelle joie derrière cet effort consenti. Quelle joie d'avoir remporté cette victoire face à nous, face à nos peurs trop souvent paralysantes et souvent bien inutiles.

A vous qui hésitez parfois, nous vous disons osez. Que peut-il vous arriver de désagréable ? Qu'avez-vous à perdre ? Et surtout, qu'avez-vous à gagner si vous osez ?

Bonne et belle route à toutes et à tous. Merci de la partager avec nous au fil des rencontres qui vous sont proposées. Merci à vous de donner chaque fois un peu plus d'intensité au mot ensemble. Et nous vous espérons à nos côtés lorsque nous nous fêterons, ensemble, notre cinquième anniversaire, celui de votre association.Sourire

Anne-Marie, Chanta, Elisabeth, Gisèle, Paulette

 

06:51 Écrit par Catherine Peyrac dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Ce n'estt pas parce que les temps sont durs que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que les temps sont durs (Epricure, il y a longtemps de cela)

Écrit par : pierre | 29/07/2009

faire plusieurs connaissances dans tous le monde entier afin de changer les ides dans le domaine sports,musiques,ainsi que dans le domaine militaire et tous ce qui s'apparente.

Écrit par : Issaka Harouna | 16/09/2010

faire plusieurs connaissances dans tous le monde entier afin de changer les ides dans le domaine sports,musiques,ainsi que dans le domaine militaire et tous ce qui s'apparente.

Écrit par : Issaka Harouna | 16/09/2010

faire plusieurs connaissances dans tous le monde entier afin de changer les ides dans le domaine sports,musiques,ainsi que dans le domaine militaire et tous ce qui s'apparente.

Écrit par : Issaka Harouna | 16/09/2010

faire plusieurs connaissances dans tous le monde entier afin de changer les ides dans le domaine sports,musiques,ainsi que dans le domaine militaire et tous ce qui s'apparente.

Écrit par : Issaka Harouna | 16/09/2010

Amitié sans frontieres j'atend vos ecris sur mon email issakaharouna74@yahoo.fr je suis à Niamey au Niger

Écrit par : Issaka Harouna | 16/09/2010

Les commentaires sont fermés.