16/01/2010

Au fil du temps

Des paysages quotidiens qui, soudain, deviennent féeriques! La neige et le froid furent au rendez-vous pendant plusieurs jours. Ajoutez-y des problèmes d'ordinateur... Et tout est bouleversé.

En fonction de de la situation climatique, nous avons dû reporter certains rendez-vous de SolAm. Même les rendez-vous fixes. Ainsi, le cinéma. C'est donc ce samedi que nous nous sommes retrouvées pour notre séance mensuelle. Chacun et chacune optent pour le film souhaité. Le liberté de choix, pour nous est sacrée. Mais nous nous rejoignons ensuite pour partager un repas démocratique et échanger nos impressions. Pour le plaisir simple de se retrouver aussi et vivre quelques heures d'amitié.

Le programme a notamment permis à plusieurs de revoir un film qui à la première vision les avait transportées : le Concert.  Ce film de Radu Mihailianu, classé comme drame,fait bien souvent appel à des situations traitées avec un sens évident du burlesque. Mais le propos est grave et fort. Derrière la quête des personnages, se rappelle le souvenir difficile de l'URSS dirige alors par Brejnev... Là, guère de liberté. C'est ainsi qu'un chez au talent sensible et reconnu fut réduit à néant. Mais la flamme ne s'est jamais éteinte et un jour, il décide de recréer son orchestre pour un concert à Paris... Pari insensé, mais porté par la recherche de l'ultime harmonie, celle qui éclate entre la soliste et le chef lors de ce concert fabuleux qui emporte les spectateurs et leur met les larmes aux yeux. Une émotion intense. Une belle interprétation. On vibre. On a envie d'applaudir, même dans la salle de cinéma. "Le deuxième vision est aussi belle que la première, mais on découvre plus encore", soulignait Brigitte après la séance. Ajoutant à l'unisson avec les personnes qui l'avaient acompagnées: c'était vraiment très ch'wette de revoir pareil film."

Autre film visionné, "Sherlock Holmes". Une version qui s'éloigne résolument des versions vues autrefois. Mais un rythme accéléré pour ce film parfois violent, bien interprêté, qui trace sa trame autour des personnages qui habitent l'oeuvre de Conan Doyle. On ne s'ennuie pas. Mais j'avoue que ce film ne m'a pas fait oublier l'interprétation fine et racée, toute de nuances, de Peter Cushing, ce remarquable acteur anglais décédé en 1994.

Nous nous sommes quittées en sachant que nous nous reverrons sous peu. Pour une conférence sur les phoques de la mer du Nord et le Sea Life, donnée par deux membres de SolAm qui ont adopté des phoques. Pour le repas annuel de Liège, repas de début d'année lui aussi reporté à cause du temps. pour un théâtre partagé et pour d'autres activités variées, intéressantes et toujours vécues dans un esprit d'amitié qui ne cesse de s'affirmer.   

 

16:52 Écrit par Catherine Peyrac dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.